01/04/2009

GHINZU : concert Eden Charleroi 29/03/09

Ghinzu
...Ca y est, je sais pourquoi les GHINZU se trimballent des néons sur photos depuis 2 ans. Un concept qu'ils avaient sûrement prévu de défendre plus tôt sur scène avant plusieurs repports successifs.

Pour rappel,on a joué et j'ai illuminé des néons avant Ghinzu... (
Rappel SHOWSTAR à Dour en 2007) Langue tirée

Mais trève de plaisenterie, c'est avec plaisir que je me rendais dans la chouette salle de l'Eden de Charleroi ce dimanche 29 mars pour l'un des premiers concert de la tournée de Ghinzu présentant son nouvel album Mirror Mirror sortant le lendemain, un CD particulièrement attendu vu le succès de "Blow" (100.000 exemplaires vendus).


GHINZU_MIRRORGhinzu2













Alors pour ceux qu'un reportage télé intéresse, ça se passe ici (http://www.telebruxelles.net/portail/content/view/6249/16...)

Pour une chronique écrite, c'est ici (
http://concerts-review.over-blog.com/article-29667779.html)
Alors comme je n'ai plus grand chose à raconter, voici mon avis synhtétique.
J'ai trouvé ça particulièrement énergique même si on pouvait encore remarquer quelques hésitations et règlages à effectuer (mais assez normal pour un début de tournée). Mis à part quelques effets dont on pourrait se passer sans problème en concert (surtout sur l'un des morceaux calme....trop d'effet tue l'effet), l'ensemble est vraiment bien dynamique et vu que je me trouvais à 2 mètres de la scène, je pus appercevoir après quelques minutes une chouette complicité entre les membres (ça faisait longtemps que je n'avais plus entendu un leader féliciter un musicien en plein concert hors micro!).
Au niveau du public, étant à juste 2m du piano de John Stargasm, je peux dire que ça bougeait pas mal autour de moi!

DSC03067DSC03071DSC03073









Un jeu de lumières et de mirroirs assez sympa complétait le tout avec explosions de stroboscopes à gogo et tout à fait à propos au vu du set joué. L'utilisation des néons (j'imagine le boulot de montage...!) apporte une chouette identité visuelle et une plus-value certaine. Mais cela ne m'étonnait finalement pas en découvrant aux manettes lumières ce bon Ludo, light designer des Girls In Hawaii entre autre et que j'ai déjà souvent croisé en concert (
souvenir ici), profitant de ses bons conseils!
Je me réjouis de revoir tout ça en festival et leur souhaite une excellente tournée!

DSC03075DSC03076DSC03077






Autre chronique sur MusicinBelgium

Play list - Eden 29/03/09

  • intro
  • mirror mirror
  • the dream maker
  • high voltage queen
  • cold love
  • this light
  • take it easy
  • the dragster wave
  • 21st
  • this war is silent
  • do you read me
  • kill the surfer
    1er rappel
  • mine
    2e rappel
  • blow 

12/05/2008

Nomdèdjeu...NomdèdEUS !


...marre de ces providers internet et autre tenancier de Skynet(nuage)blogs dont la technologie ne suit pas le prix exorbitant que l'on paie.

Pour avoir essayé deux fois aujourd'hui de publier mon avis sur le concert de dEUS à l'Eden de Charleroi ce 2 mai et m'être fait expulser de tout programme avant publication, je tente une dernière fois de poster quelques photos du dit concert (et j'oublie les commentaires qui vont avec, de toute façon, un concert ça se raconte pas!)
Pour le reste, je sais maintenant pourquoi je vais bientôt mettre fin à ma connexion internet, impayable dans nos contrées...surtout pour un service de ... !

playlist-deus-02-05-2008-a-leden-charleroi-celle-de-klaas-janzoonsimg_7530img_7517

















img_7532img_7563img_7549









img_7578DSC02166img_7587









...tiens, des visages connus...

Bon alors, si ça marche maintenant, je disais que :
- concert excellent, lightshow personnalisé et très pro
- bon public, bonne ambiance et Tom en forme
- une after à la brasserie de l'Eden très conviviale selon les dires de certains
- des commentaires complets et justes chez
Deedrums
- un line-up enfin sur les rails : Tom Barman et Klaas Janzoons (dEUS depuis toujours), Stef Misseghers (batterie; ex-Soulwax), Alan Gevaert (basse) et Mauro Pawlowski, (guitare-voix; fondateur d'Evil Superstars).
Pour ma part, je regretterai quand même toujours ce qu'apportait Stef kamil Carlens (basse-voix; actuel Zita Swoon).

29/04/2008

A l'approche de dEUS...

dEUS Paris 4


...c'est d'un pas décidé que dEUS va redébarquer chez nous après s'être arrêté dans son tour d'Europe des salles humaines à Paris pour un concert et une Black Session à la maison de la Radio (Podcast téléchargeable ici).

Pour se préparer au concert de ce vendredi à l'Eden de Charleroi, voici la set list telle qu’elle a été jouée au Trabendo de Paris :dEUS Paris 3

1. When she comes down
2. Sun Ra
3. Favourite Game
4. Fell of the floor, man
5. The Architect
6. Slow
7. Eternal woman
8. Instant street
9. Is a robot
10. Bad Timing
11. Smokers reflect
12. Roses
13. Turnpike
14. Oh Your God
15. Suds and soda
16. Popular Culture

Après quelques écoutes de l'album, c'est clair qu'il y a quelques tueries groovy, dansantes et rock. Vivement le "Oh Your God" en live, ça promet!

En attendant, TF1-LCI fait une chronique intéressante et juste de l'album et sur la bande à Tom. Je lui en parlerai ce we s'il passe manger un spaghet' à la maison :

dEUS Paris"dEUS, plus qu'un groupe, désignait un état d'esprit. A l'exception du chanteur Tom Barman, la formation subissait une mue entre chaque album. Pourtant la ligne avant-gardiste demeurait. De Worst case scenario en 1994 à The ideal crash en 1999, en passant surtout par le révolutionnaire In a bar under the sea paru il y a douze ans : les têtes changeaient, l'inventivité restait. Puis il y eut Pocket revolution sorti après 6 ans de silence et, finalement Vantage Point sorti cette semaine. Entre les deux albums, plus de mue : le groupe reste uni pour le meilleur et pour le pire. Ou plutôt le pire puis le meilleur.

Le pire, ce fut l'accouchement difficile de Pocket revolution, un album mal reçu par la critique et les fans. Le meilleur, Vantage Point semble en annoncer le retour. Tom Barman le promet, dEUS a trouvé la sérénité. "On a arrêté de mettre notre énergie dans des bagarres", assure le génial chanteur. Les membres semblent en effet rocker à l'unisson... jusqu'à chanter en choeur sur plusieurs morceaux. L'album est ramassé (dix titres, 47 minutes seulement), direct, fougueux, dansant. Il est sans doute plus accessible que les premiers opus du groupe souvent comparé auquintet britannique de Radiohead.

Tom Barman dit avoir cherché l'inspiration dans Parade de Prince. La parenté entre les deux albums est pourtant bien mince, à l'exception de quelques incursions funk. Le titre The Architect, fermement cornaqué par Dave Mc Craken, le producteur de Depeche Mode, évoquerait plutôt David Bowie dans ses collaborations avec Brian Eno. Slow, autre pépite sombre de l'album, renvoie à la new wave. Légères comme des balades, When She Goes Down, Is a Robot et Smokers Reflect sont autant de promesses pour les concerts. Moins expérimental, parfois brouillon comme avec Eternal Woman, l'album tout entier, enregistré dans les conditions du live, a été taillé sur mesure pour la scène. C'est son énergie."